Born to be a livre #2,  pour de nouvelles inspirations littéraires, de belles découvertes en petites pépites, où quand l’habit ne fait pas le moine!

Voilà deux mois déjà que nous nous sommes quittés, sur de bons mots, je dois l’admettre après un premier rendez vous Born to be a livre. J’espère que pour vous comme pour moi, ces dernières semaines furent riches en émotions et en voyage du coeur. J’ai lu, encore et toujours, inlassablement, au gré des recommandations que j’ai glané à droite à gauche, des milliers de pages. Une dizaine de livres sont sortis du lot, dont certains, avec un jugement bien trop hâtif, n’aurai pas atterri entre mes mains…

Born to be a livre, je te juge sur ta couverture…

On le sait, on le dit, on se le dit, on ne devrait pas juger un livre sur sa couverture… Et pourtant je le fait, bien trop souvent, malheureusement. A qui la faute quand les couvertures parfois ne font pas honneur au sujet du livre? Quand elles ont été choisis, on va dire avec maladresse… Certaines desservent leur contenu et c’est bien dommage. Des couvertures mièvres qui dissimulent de puissants récits, des illustrations n’ayant rien avoir la choucroute… Je vous le demande, qui a validé le projet? Tout ceci est à prendre bien sûr au second degré, mais quand même!

Il en faut parfois de la motivation, de l’indulgence, dans un océan de choix d’ouvrages pour en faire abstraction, des livres qui trainent dans ma PAL pendant des mois, m’induisant en erreur… Je dois certaines de mes plus belles découvertes à la force de persuasion de mes libraires, qui m’auront aidé à aller au delà d’une réticence initiale et instinctive. Je tente de m’en souvenir, même si certaines couvertures m’arrachent plus qu’un soupir!

NB: si les décideurs de couvertures de Polars pouvaient cesser sans délai, de mettre sur leurs ouvrages des yeux globuleux, photographiés en gros plan, ce serait un service rendu à la nation 😉

Sans plus attendre voilà le volume 2 de Born to be a livre, les derniers ouvrages que je ne suis pas prête d’oublier, certains malgré leurs couvertures 🙂 Bonne découverte, et bonne lecture!

Born to be a livre

Mes derniers coup de coeur

« Par amour » de Valérie Tong Cuong

Résumé: « Deux familles havraises emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. D’un côté, Joffre et Emélie, concierges d’école, patriotes, et leurs enfants ; de l’autre, le clan de Muguette, dont l’insouciance sera ternie par la misère et la maladie.
Du Havre à l’Algérie où certains enfants seront évacués, des chemins de l’exode au sanatorium d’Oissel, ce roman choral met en scène des personnages dont les vies secrètes s’entremêlent à la grande Histoire, et nous rappelle qu’on ne sait jamais quelles forces guident les hommes dans l’adversité. »

Alors?: Valérie Tong Cuong signe avec « Par Amour » un roman bouleversant sur une famille déchirée de toutes parts par la seconde guerre mondiale. Du Havre meurtri à l’Algérie, nous suivons les destins de ses personnages séparés par la guerre, le coeur lourd d’émotions. J’ai été profondément émue à la lecture de son roman, par la beauté de ce que les gens qui s’aiment, sont capables de faire Par Amour… Son livre est une véritable ode à l’Amour, au don de soi, pour ceux qu’on aime. Extrêmement bien documentée, elle réussi également le pari de mélanger les codes du roman en nous faisant découvrir ou re découvrir l’Histoire, un gros coup de coeur!

Born to be a livre

« Robe de marié » de Pierre Lemaitre

Résumé: « Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence: mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… »

Alors?: D’ordinaire peu friande de polar mais ayant complètement adoré la plume de Pierre Lemaitre dans « Au revoir là-haut », je me suis laissée tenter. Et bien Pierre Lemaitre me réconcilie avec le genre! Voilà j’aime les polars, les polars psychologiques, loin de la sanguinolence. Celui ci est une pépite! Extrêmement bien construit, amenant son héroïne aux confins de la folie, on tremble, on vibre, on transpire! Je n’ai pas pu le poser avant le dénouement final, le coeur battant la chamade. L’intrigue est très bien amenée, pleine de faux semblants et de rebondissements, et me hante encore plusieurs semaines après la lecture. Développement d’une paranoïa aiguë me direz vous? C’est fort probable! Pierre Lemaitre prend petit à petit sa place dans le panthéon de mes auteurs préférés, hâte de me plonger avec délices et sueurs froides dans ses autres polars!

Born to be a livre

« La délicatesse » de David Foenkinos

Résumé: « Nathalie et François sont heureux, ils s’aiment et semblent avoir la vie devant eux… Mais, un jour, la belle mécanique s’enraye. François décède brutalement.
Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs vont se heurter.
Sauf un : Markus, un collègue terne et maladroit, sans séduction apparente. Sur un malentendu, il obtient de la belle un baiser volé. Pour cet outsider de l’amour, c’est un signe du destin : il se lance à sa conquête… tout en délicatesse. »

Alors?: Sur ce coup là, j’arrive bien après la bataille! Succès en librairie et au cinéma, j’en avait bien évidemment entendu parler, mais justement tant de tapage m’avait fait hésiter. C’est donc par « Charlotte » que j’ai commencé mes lectures de David Foenkinos, lecture qui m’avait bouleversée. Sur l’étagère d’un ami, « La délicatesse » traîne nonchalamment ses pages racornies, je l’emporte, lui promettant de lui rendre au plus vite. Et j’ai été séduite dès les premières pages par cette lecture pleine de poésie, d’humour et de charme! La plume de David Foenkinos est fine, subtile, et délicate au possible, un vrai moment de plaisir et d’émotions, un succès mérité!

Born to be a livre

Romans

« Nager nues » de Carla Guelfenbein

Résumé: « Toute à sa joie de présenter son amie Morgana à un père qu’elle vénère, Sophie est loin d’imaginer la triangulation funeste qu’elle s’apprête à provoquer. Rapidement, ces deux-là partagent bien plus que leur affection pour elle – comme va en attester l’enfant à naître. Anéantie par la trahison, Sophie coupe les ponts et rejoint sa mère en France alors même qu’en cet été 1973, à Santiago du Chili, le monde s’écroule. Mort d’Allende, état de siège : Morgana et Diego entrent dans la clandestinité et connaissent des moments d’intimité furtifs sous le fracas des hélicoptères et des détonations… »

Alors?: « Nager Nues » est un superbe mélange d’histoire d’amour et d’amitié plus fortes que la mort, sur fond politique, dans un Chili aux heures les plus sombres de son histoire. Mais « Nager Nues » c’est surtout un voyage des sens, voluptueux, orageux, sensuel à en crever, la plume de l’auteure m’a transportée. Cette sensibilité dans l’écriture est extrêmement bien retranscrite également dans les moments les plus durs de l’histoire, j’ai tremblé de peur pour les personnages et ai été bouleversée par leurs destins. Une superbe lecture, il me tarde de découvrir les autres romans de Carla Guelfenbein!

Born to be a livre

« Sulak » de Philippe Jaenada

Résumé: « Tout au long des années 80, ses braquages audacieux et ses évasions répétées – sans la moindre effusion de sang – ont défrayé la chronique judiciaire. Ancien légionnaire, parachutiste émérite, charmeur, généreux et intègre, follement épris de liberté, Bruno Sulak a marqué les mémoires avec ses casses spectaculaires. Pendant dix ans ce jeune homme a défié les lois de la République, s’est joué du système carcéral, a bravé l’ensemble d’une société contre laquelle il était entré en guerre à forces d’injustices, aux côtés de Steve, son ami et complice, et de Thalie, grande et belle brune, son amour hors la loi. Aussi fulgurante que rocambolesque, son existence s’est achevée sur un point d’interrogation : une mort dans des circonstances obscures qui suscite encore la polémique. »

Alors?: Les romans de Philippe Jaenada m’ont été recommandé par ma libraire, car je suis toujours à la recherche de pépites un peu méconnues. Je ne connaissais absolument pas l’histoire de Bruno Sulak, gentleman braqueur, et j’ai été fascinée par son histoire si bien documentée et racontée avec lucidité, humour et ironie par un Philippe Jaenada qui maitrise parfaitement son sujet. Après un coup de coeur absolu pour la série « La Casa de Papel », les coups d’éclat de Bruno Sulak, ont prolongé le plaisir et m’ont fait voyager près de ce bandit abîmé par la vie, plein de valeurs, mort trop jeune dans des circonstances encore suspectes. Philippe Jaenada communique avec ferveur la tendresse qu’il éprouve pour son héros et remet les pendules à l’heure de façon percutante, sur l’histoire tronquée, véhiculée sur Bruno Sulak…

Born to be a livre

Thrillers

« Les garçons de l’été » de Rebecca Lighieri

Résumé: « Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brillants et surfeurs doués, déploient les charmes de leur jeunesse sous l’été sauvage de la Réunion. Mais l’été et la jeunesse ont une fin, et il arrive qu’elle survienne plus vite et plus tragiquement que prévu. »

Alors?: Ne vous laissez pas charmer par son titre séducteur comme ses protagonistes, « Les garçons de l’été » est un roman sur la noirceur de l’âme et des sentiments, où quand la jalousie, la haine, prennent le dessus sur tout, jusqu’à commettre l’irréparable. C’est un roman qui sent bon le sable chaud et qui suinte le ressentiment, la putréfaction. Une véritable plongée dans l’horreur dans un cadre idyllique. Le suspens monte au fil des pages et l’on découvre à tour de rôle les points de vue des différents personnages, distillant une tension ambiante au compte goutte. Un bon thriller, quelques fois noyé par une abondance de termes techniques sur le surf, mais qui prend plaisir à faire exploser tous les clichés de la famille parfaite. Une chose est sûre, je ne penserai plus jamais à la côte Basque de la même manière…

Born to be a livre

« Je me suis tue » de Mathieu Menegaux

Résumé: « Un dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s’ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s’expliquer. À la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme… »

Alors?: Comment expliquer l’inexplicable? Et comment pardonner l’impardonnable? « Je me suis tue » est l’histoire d’une descente aux enfers, qui remonte progressivement, à l’origine du drame. Car le premier drame il est bel et bien là, et comment continuer à vivre après ça? Se reconstruire, oublier? Impossible. Alors Claire ment, pour avancer, et s’enferme dans sa douleur et ses mensonges, jusqu’à perdre pied. Je l’ai lu d’une traite en retenant mon souffle, mal à l’aise, perturbée… En tant que femme, la réception d’une pareille histoire fait froid dans le dos… Mathieu Menegaux a signé avec son premier roman, un thrilleur intense!

Born to be a livre

Essais sociologiques

« Les mots piégés de la politique » de Philippe Blanchet

Résumé: «Laïcité, radicalisation, incivilités, communautarisme, Je suis Charlie.» Philippe Blanchet livre ici une édifiante dénonciation des contenus implicites dissimulés dans ces mots et expressions piégés par nos politiques, sous couvert de la défense d’une certaine vision de la « République »

Alors?: Philippe Blanchet nous propose un essai accessible de sociolinguistique, pour nous aider à comprendre le pouvoir du détournement des mots, servant à imposer une idéologie auprès du plus grand nombre… Un livre essentiel!

Born to be a livre

« Nous sommes tous des féministes » de Chimamanda Ngozie Adichie

Résumé: «Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. Un monde où les hommes et les femmes seront plus heureux et plus honnêtes envers eux-mêmes. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement.»

Alors?: J’ai découvert la plume de l’auteure à travers son roman « Americanah » qui fut une superbe lecture. J’avais été séduite dans le roman par ses points de vue tranchés et sans langue de bois, parfois acerbes mais ô combien justes et je me réjouissait de découvrir sa vision du féminisme. Avec humour, elle démontre point par point l’urgence d’une société plus équitable, où les filles comme les garçons seraient élevés avec une autre vision du genre. En tant que femme, je me suis évidemment reconnue dans de nombreux passages, ce cour essai m’a permis de mettre d’autres mots sur ce que je ressentais.

Notre deuxième rendez-vous Born to be a livre se termine, j’espère que certains ouvrages vous auront donné envie de les découvrir sans plus attendre! On se retrouve au début de l’été, d’ici là, bonne lecture!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer