Born To Be A Livre, Lis Tes Ratures, mon coeur balance…

Je commence désormais une nouvelle aventure littéraire que j’espère plus régulière que celles faîtes précédemment et je cherchais une punchline explicite. Un des jeux de mots était déjà pas mal utilisé, alors voilà, « Born To Be A Livre » était sur un de mes sacs de libraire préféré et s’est imposé, nos rendez-vous peuvent commencer!

Born to be a livre by coolkids

« C’est d’ailleurs un peu pour ça que j’ai commencé les articles sur mes lectures sur le blog. Parce que parfois tu aimes tellement un livre que tu viens de découvrir, que tu as envie de le crier sur tous les toits »

Pourquoi un rendez-vous « Born To Be A Livre »?

Pour ceux qui suivent le blog, vous vous êtes bien sûr rendus compte que la lecture tient une bonne place dans notre « Lifestyle », enfin surtout dans le mien. Pour William être un « Instagram husband » consiste à me filer un coup de main quand on prend des livres en photo et c’est déjà pas mal, peut être même trop…

J’ai ce qu’on peut clairement appeler, une addiction à la lecture, ça sert à rien de prétendre le contraire. Je frémis quand je suis devant une bibliothèque, incapable de passer devant une librairie sans repartir avec des livres et ma « PAL » comme on dit chez nous les BookNerd, grandit, diminue, grandit et diminue de façon constante. La première chose que je repère quand je suis invitée chez des potes, c’est leurs bouquins, oui je scrute vos bibliothèques comme un chien de chasse… et me réjouis au plus haut point à chaque fois que je peux parler lecture avec quelqu’un qui partage la même passion. Mais ça n’arrive pas souvent…c’est triste…vous êtes où les gens qui aiment lire? C’est d’ailleurs un peu pour ça que j’ai commencé les articles sur mes lectures sur le blog. Parce que parfois tu aimes tellement un livre que tu viens de découvrir, que tu as envie de le crier sur tous les toits, mais y a personne…Alors cette section Born To Be A Livre c’est une bouteille à la mer, je ne sais pas qui la lira, mais vient, on va parler livres, on sera bien!

NB: Si je devais partager une photo de moi (et sur les dires de Will), celle qui me représente le mieux c’est celle là, tirée de la série « TrollHunters » de Guillermo Del Toro, un petit mec qui se gave de livres et qui n’en a jamais assez.

Je lis des dizaines de livres dans ce que j’appelle mes « bons mois ». Comment peux-t- on lire autant me direz vous? Et bien dans les transports en premier, en remplaçant par la lecture le temps que je passait sur les réseaux sociaux à défiler mon feed, et en lisant tous les soirs avant de dormir; C’est le point tisane/conseil de grand mère: tu dors beaucoup mieux quand tu as laissé les écrans de côté une bonne heure avant de dormir, oui pour de vrai, c’est pas une surprise. Mais allez, trêve de bavardages, il va être temps de rentrer dans le vif du sujet, je suis comme tous ces gens qui passent beaucoup de temps en compagnie d’eux mêmes, je parle beaucoup quand j’ai un auditoire. Sans plus attendre je vous met donc en avant mes livres préférés de ces derniers mois, bonnes découvertes et bonnes lectures!

(* Les Résumés ne sont pas de moi, ce sont les quatrième de couverture en espérant vous mettre l’eau à la bouche)

Mes derniers coups de coeur:

« Au Revoir Là-Haut » de Pierre Lemaitre

Résumé: « Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. » Sur les ruines du plus grand carnage du XX° siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec Ses morts… »

Alors? J’ai découvert l’écriture de Pierre Lemaitre à travers « Au Revoir Là-Haut » et quelle découverte! Prix Goncourt 2013, adapté au cinéma par Albert Dupontel et récompensé du César du meilleur scénario adapté en 2018, Pierre Lemaitre signe ici un livre grandiose. Grinçant, drôle, cinglant, je me suis régalée de son écriture qui n’épargne personne. Il met en avant avec talent, l’hypocrisie de la France d’après 14/18 et l’immoralité de ceux qui se sont enrichis sur ces millions de morts… La suite « Couleurs de l’Incendie » vient de sortir chez Albin Michel.

Born to be a livre by coolkids

« Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson

Résumé: « Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. »

Alors? Un jour en attendant un train, je me décide, c’est avec ce livre que je repart. Je ne m’attendais pas à autant d’émotions. Ce roman autobiographique de Philippe Besson m’a bouleversé, je l’ai lu d’une traite en une soirée. La pudeur, la délicatesse de son écriture, de ses mots, sa sincérité, la souffrance de son amour caché, cette universalité m’a touchée en plein coeur, j’ai refermé son récit les larmes sur les joues.

Born to be a livre by coolkids

« Retour dans l’oeil du cyclone » de James Baldwin

Résumé: « Les quatorze essais regroupés dans ce volume, publiés à l’origine dans divers journaux et revues, couvrent une période allant de 1960 à 1985. James Baldwin y évoque les marches pour les droits civiques, les raisons de son exil en France, ses rencontres avec Martin Luther King, sa critique de l’éducation aux États-Unis ou encore sa célébration de la langue noire. Explorant les tensions et non-dits qui touchent son pays, Baldwin offre une analyse pertinente, sévère et subtile de la société américaine qui n’a rien perdu de son actualité ni de sa nécessité. Ces textes dressent le portrait d’un homme dont la perspicacité, l’engagement et l’écriture ont ouvert la voie à de futurs grands écrivains noirs américains. »

Alors? J’ai découvert James Baldwin tardivement, l’année dernière à travers le magnifique roman autobiographique de Didier Eribon, « Retour à Reims » que je vous invite à lire si ce n’est pas déjà fait. Puis dans le poignant documentaire de Raoul Peck « I am not your Negro », que je vous invite à voir d’urgence également. J’ai été bouleversée à chaque fois et James Baldwin me touche au plus profond de mon être. « Retour dans l’oeil du cyclone » est d’une grande intelligence, une analyse sans compromis ni concession sur l’Amérique. Ce recueil est mon introduction littéraire à l’oeuvre de James Baldwin.Born to be a livre by coolkids

Romans

Les derniers romans que j’ai lu et que je vous recommande chaudement également: du Nigéria à L’Amérique en passant par L’Angleterre des années 20, Belleville, faisant un détour par L’Iran et la Syrie, ces romanciers sont à découvrir ou re découvrir absolument! Des grands classiques côtoient des futurs grands et plusieurs Prix Goncourt s’y sont glissés, je ne me moque pas de vous 😉

Born to be a livre by coolkids

« Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie

Résumé: « En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.
Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre.
Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés? »

Alors? « Americanah » m’a été recommandé par ma libraire et j’ai eu beaucoup de plaisir à lire les destins d’Obinze et d’Ifemelu, depuis leur Nigeria natal, leurs rêves et leurs envies d’ailleurs, jusqu’aux désillusions américaines et européennes. « Americanah » est un subtil mélange de critique sociale acerbe et d’un roman sur une histoire d’amour qui transcende le temps. J’ai beaucoup aimé les extraits du blog corrosif d’Ifemelu, drôle et brillant, qui pousse à la réflexion. Quelques longueurs en petit bémol mais ce roman reste une très belle lecture et m’a donné envie de lire les autres ouvrages de l’auteure. Je me réjouis d’ailleurs de le voir bientôt adapté au cinéma, avec Lupita Nyong’o dans le rôle principal!

« Le Chagrin des vivants » de Anna Hope

Résumé: « Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l’Angleterre attend l’arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d’hommes ont disparu, cette cérémonie d’hommage est bien plus qu’un simple symbole, elle recueille la peine d’une nation entière.
À Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l’armée ; Ada, qui ne cesse d’apercevoir son fils pourtant tombé au front ; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d’anciens soldats sur la piste du Hammer-smith Palais pour six pence la danse.
Dans une ville peuplée d’hommes incapables de retrouver leur place au sein d’une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l’équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les cœurs s’apaisent. »

Alors? Premier roman magnifique d’Anna Hope, dont la force tient dans l’indicible à travers une écriture pudique. « Le chagrin des vivants » c’est l’impossibilité d’oublier les traumatismes de la guerre, l’impossibilité de se réadapter quand tout a été pulvérisé et l’impossibilité de faire son deuil des êtres aimés qu’on ne reverra jamais. Sa plume est juste, précise, et met des mots sur ce qui ne peut pas être dit. Ici pas de héros, juste des destins bouleversants d’anonymes, avec un écho universel.Born to be a livre by coolkids

« La Couleur Pourpre » de Alice Walker

Résumé: « Dans la grande tradition du roman sudiste, dénonçant l’oppression raciale et sexuelle dont étaient victimes les femmes noires, La Couleur pourpre fait date. Le livre raconte l’histoire de Celie et Nettie, deux sœurs, séparées à l’adolescence mais liées par un amour indéfectible que ne terniront pas les brimades et le mépris, les guerres et l’absence. Celie, mariée enfant à un homme violent, ne reçoit pas les lettres que lui adresse Nettie, devenue missionnaire en Afrique, car son mari les subtilise. Ignorant l’adresse de sa sœur, elle-même envoie ses lettres au bon Dieu. Une correspondance sans espoir de réponse… Une correspondance qui sauvera les deux femmes du désespoir. »

Alors? La couleur pourpre est un livre inoubliable. Un roman épistolaire où l’on découvre des destins de femmes extraordinaires, à travers la correspondance de deux soeurs, l’une devenue missionnaire en Afrique et l’autre dans le sud des Etats-Unis après l’abolition de l’esclavage. Un sublime plaidoyer sur la condition féminine avec des personnages que l’on porte en nous bien après avoir refermé le livre. Emouvant et magnifique, une lecture indispensable!

Born to be a livre by coolkids

« Boussole » de Mathias Enard

Résumé: « Insomniaque, sous le choc d’un diagnostic médical alarmant, Franz Ritter, musicologue viennois, fuit sa longue nuit solitaire dans les souvenirs d’une vie de voyages, d’étude et d’émerveillements. Inventaire amoureux de l’incroyable apport de l’Orient à la culture et à l’identité occidentales, Boussole est un roman mélancolique et enveloppant qui fouille la mémoire de siècles de dialogues et d’influences artistiques pour panser les plaies du présent. »

Alors? « Boussole » est un roman déroutant. D’ailleurs est ce vraiment un roman? Je l’ai vécu plus comme une expérience sensorielle, lente, enivrante, un voyage des sens dans un Orient fantasmé, à travers le climat conté par Mathias Enard. Le livre est très référencé et documenté, et j’ai été beaucoup plus séduite par le style d’écriture que l’histoire de ce musicologue insomniaque en elle même. Voyageant au même moment aux confins de l’Europe, ces deux expériences qui se sont rencontrées ont sans doute contribué au plaisir que j’ai ressenti à découvrir la plume absolument sublime et brillante de l’auteur.

« La vie devant soi » de Emile Ajar (Romain Gary)

Résumé: « Histoire d’amour d’un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive: Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que « ça ne pardonne pas » et parce qu’il n’est « pas nécessaire d’avoir des raisons pour avoir peur ». Le petit garçon l’aidera à se cacher dans son « trou juif », elle n’ira pas mourir à l’hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré « des peuples à disposer d’eux-mêmes » qui n’est pas respecté par l’Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu’à ce qu’elle meure et même au-delà de la mort. »

Alors? Deuxième prix Goncourt pour Romain Gary après « Les racines du ciel », « La vie devant soi » a été écrite sous le pseudonyme d’Emile Ajar. J’y ai retrouvé des résonances avec la plume drôle et incisive que j’aime tant chez lui, surtout dans « La promesse de l’aube » et le thème de l’amour fusionnel d’un petit garçon pour une figure maternelle, regardée à travers un amour immense, un océan de tendresse. Parvenant toujours ce tour de force de traiter de sujets graves avec humour et légèreté, Romain Gary signe un livre émouvant et drôle, teinté de mélancolie, saupoudré de jeux de mots contés par un enfant débrouillard et attachant, un grand moment d’humanité.

Voilà notre premier rendez-vous « Born To Be a Livre » touche à sa fin, j’espère que certains de ces livres vous auront donné envie de vous plonger dans leur lecture et n’hésitez pas à me laisser vos avis en commentaires!