Notre randonnée dans une des plus belles régions de France, bienvenue sur le GR34!

Amoureux des grands espaces, rien n’est comparable à la découverte à pieds de nos horizons. J’avais envie depuis très longtemps de me lancer ce défi, de partir sur les routes de France, à la recherche d’évasion au milieu de paysages désertiques. De prendre le temps en marchant, de redécouvrir des endroits que j’avais déjà traversés avec pour but ultime un besoin de tester mes propres limites. Le dépouillement qui va de pair avec la marche, n’emmener que l’essentiel et être renvoyé a ses propres capacités physique d’endurance pour se déplacer a quelque chose d’exaltant. La randonnée reste une expérience unique, au bout de soi même, entre fantasme et réalité. Joignez vous à nous pour découvrir ou redécouvrir cette façon simple de voyager, bienvenue sur le GR34!

Randonnée sur le GR34

« Un besoin d’évasion, loin de la frénésie urbaine dans laquelle nous vivons, au plus proche de la nature et de nous même. »

L’été dernier notre ami Jérôme s’était lancé dans ce pari fou de faire le tour complet de la Bretagne sur le Chemin des Douaniers, plus connu sous le terme de GR34.  Admiratifs de son expérience, nous suivions depuis quelques semaines son parcours, inspirés par l’envie de faire de même et plus motivés que jamais à reprendre nos sac à dos et nos chaussures de Trek. Plus l’été passait et plus nous avions dû mal avec l’enfermement parisien. Nous avions un besoin d’évasion, loin de la frénésie urbaine dans laquelle nous vivons, au plus proche de la nature et de nous même. Nous l’avons donc rejoint fin juillet pour une semaine pendant son périple, de Morlaix à Santec, entre grands bonheurs et petites douleurs. Nous avons parcouru environ 120 Kilomètres sur les côtes de Bretagne, ayant à coeur de ne pas trop baisser les stats de Jérôme, l’homme aux troncs d’arbre à la place des jambes, capable de marcher jusqu’à 40 Kms en une journée…très gros niveau de rando…

Améliorer ses photos de voyage by WilliamK

Les conseils pour cette randonnée sont donnés dans le cadre bien spécifique du GR34, c’est à dire un parcours entre forêt et littoral, ici pas de grands dénivelés et pour une période estivale, c’est à dire en juillet. Si vous partez explorer d’autres GR ou bien à d’autres moments de l’année, renseignez vous au préalable sur les conditions météo, le niveau de difficulté du parcours ainsi que la topographie.

Randonnée sur le GR34

« En effet très difficile aussi de ne pas dépasser les 10% de votre masse corporelle si vous partez pour un trek en montagne ou bien un trek en full autonomie »

Optimiser sa randonnée

Matériel de Randonnée: aller à l’essentiel, quoi emmener?

Lorsqu’on part en randonnée la question principale reste l’optimisation du sac et surtout son poids. Ici personne d’autre que vous pour le porter et un sac trop lourd peut vite se transformer en enfer avec blessures à la clef… Le poids considéré comme « idéal » ne devrait pas dépasser 10% de votre masse corporelle. Je dis « ne devrait pas » car bien sûr d’un individu à un autre, la forme physique, la résistance, les articulations et bien d’autres paramètres peuvent entrer en jeu. En effet très difficile aussi de ne pas dépasser les 10% de votre masse corporelle si vous partez pour un trek en montagne ou bien un trek en full autonomie avec matériel de camping, réchaud… Mais gardez en tête ces fameux 10% qui sont quand même assez proche de ce que votre corps sera capable d’endurer.

L’erreur de débutant que nous n’avions pas pris en compte: le poids de la nourriture achetée ainsi que le poids de la bouteille d’eau. Mon sac a donc atteint les 13kgs… Et j’ai fini la semaine blessée aux deux genoux. A ne pas négliger…

Randonnée sur le GR34

Le sac

L’élément le plus important avec de bonnes chaussures pour bien vivre sa randonnée!

Il y a un choix énorme sur le marché, à tous les prix, de tous les styles, avec différentes ergonomie. On vous conseille de regarder les comparatifs sur internet et de vous renseigner auprès de vendeurs spécialisés qui pourront vous aiguiller. Il est parfois nécessaire de mettre un budget un petit peu plus élevé dans un sac de qualité pour éviter les mauvaises surprises ou la déception de matériel ne tenant pas dans la durée…

Trois ans auparavant nous nous sommes rendus Au Vieux Campeur en prévision de notre premier voyage d’un mois et demi en Thaïlande. Nous cherchions un sac pratique et résistant. Un bon sac c’est clairement un investissement, nous voulions du matériel dont on pourrait se servir à de nombreuses reprises sans se poser de questions.

Randonnée sur le GR34

« Ils ont de nombreuses poches intérieures, extérieures, disposent d’une « rain cover » pour protéger le sac en cas de pluie et d’un système dorsal « Aircomfort »

Nous avons opté pour deux sacs de la marque Deuter et à ce jour nous ne le regrettons pas. Ils ont fait en tout et pour tout 6 mois sur les routes du monde entier, dans toutes les conditions et ils n’ont pas bougé! Les lanières ne se sont pas affinées malgré le poids lors de certains voyages et aucune déchirure n’est à déplorer. Ils ont de nombreuses poches intérieures, extérieures, disposent d’une « rain cover » pour protéger le sac en cas de pluie et d’un système dorsal « Aircomfort » qui maintient le sac à distance et permet à la transpiration de s’évacuer, un vrai bonheur pendant l’effort ou bien sous des latitudes tropicales. De plus ils ont une gamme femme adaptée à la morphologie féminine prenant en compte la poitrine et la taille du dos, notre corps étant bien différent.

Le mien: Futura vario 45+10 SL

Celui de Will: Futura vario 50+10

Randonnée sur le GR34

Les Chaussures

Nous ne sommes pas des gros trekkeurs. Entendez par ça que nous ne partons pas en randonnée tous les weekends. Nous avons donc investi dans des chaussures correspondant à notre utilisation, c’est à dire occasionnelle. Nous avons opté pour des chaussures de « Trail » basses, (j’ai beaucoup de mal avec les montantes) cela reste encore une fois au confort personnel de chacun. Nous avions trouvé en solde pour 60 euros des Nike Trail avec crampons qui permettent de ne pas déraper sur des surfaces type « sentier ». Elles nous ont bien servis également en voyage dans les rizières ou pendant nos explorations, car une fois mouillées elles sèchent très vite. Aucune douleur aux pieds ni ampoules à déplorer pendant cette semaine de randonnée intense.

Randonnée sur le GR34

Bâtons et genouillères?

Les bâtons ne sont pas indispensables si vous êtes en pleine forme. Par contre si vous avez les genoux fragiles je vous les recommande vivement. J’ai fait l’erreur l’année dernière de partir sans et ils m’auraient bien aidé à soulager le poids qui pesait sur mes genoux, particulièrement sollicités dans les descentes. De même que des genouillères peuvent faire du bien aux genoux fatigués. Je ne pourrais que vous conseiller également un minimum de préparation physique en amont.

Randonnée sur le GR34

« Dans la course aux grammes à enlever pour alléger les sacs, les tentes en matériaux les plus légers sont aussi évidemment les plus chères… »

Tente et équipement pour dormir

Tente

Nous sommes partis dans une optique de dormir à la belle étoile, en bivouac ou bien dans des campings pour pouvoir prendre des douches et de ne pas nous arrêter dans des petits hôtels. Pour une question de budget et une question de fun aussi, les conditions climatiques étaient plutôt favorables, on adore camper, il n’y avait pas photo.

Choisir une tente et la transporter pendant de longues randonnées mérite quand même de la réflexion. Nous avions de notre côté une tente QuickHiker deux places de 3kgs achetée chez Décathlon il y a longtemps . Et 3 kgs ce n’est pas rien. Les épaules et le dos de William sont heureusement habitués à porter des sacs très lourds de matériel photo sinon je ne sais pas comment nous aurions fait… Dans la course aux grammes à enlever pour alléger les sacs, les tentes en matériaux les plus légers sont aussi évidemment les plus chères…

Randonnée sur le GR34

Matelas et duvets

Pour pouvoir se reposer la nuit de nos journées épuisantes il fallait pouvoir dormir correctement, nous avons donc investis dans des matelas gonflables de bivouac de chez Quechua. De nouveau ce n’était pas forcément les plus légers mais le prix des autres nous a freiné. Ils sont par contre relativement confortables et assez épais pour ne pas sentir les petits cailloux ou autres irrégularités de terrain en camping sauvage.

De nouveau pour les sacs de couchage nous avons opté pour ceux de la gamme Forclaz, il y en a pour différents budgets, prenant en compte le poids et la chaleur.

Randonnée sur le GR34

« Si vous traversez des zones de forêts ou des hautes herbes, il est possible que vous rencontriez des tiques qui peuvent transmettre une vilaine maladie loin d’être anodine »

Vêtements

En ce qui concerne les vêtements, même combat, on fait ici la chasse aux grammes:

Orientez vous vers des matériaux légers et confortables qui évacuent la transpiration. On vous conseille de porter des vêtements longs: types collants de rando ou legging même si pour les hommes ça reste une étape pas simple… Si vous traversez des zones de forêts ou des hautes herbes, il est possible que vous rencontriez des tiques qui peuvent transmettre une vilaine maladie loin d’être anodine. Si comme certains vous préférez porter un short contre vents et marées et tant pis pour les tiques, pensez aux chaussettes hautes.

-Pareil pour les t shirts j’ai terminé avec des coups de soleil monstrueux sur les épaules et les bras lors des journées de plein soleil, pas évident avec les frottements du sac; la prochaine fois ce sera manches longues du début à la fin.

-Une polaire si les températures descendent et un vêtement coupe pluie pour ne pas finir trempé jusqu’aux os.

-Casquette ou bob indispensable et bien sûr lunettes de soleil!

Randonnée sur le GR34

Ustensiles et accessoires indispensables

Cuisine

-Nous sommes partis avec des kits gamelles/couverts, Jérôme ayant son réchaud. Là encore à vous de voir si le poids vous fera vous orienter vers des petits restos de bords de mer ou des sandwichs sur place.

-Will a acheté une gourde avant de partir qui maintient la température du liquide que vous mettez dedans, chaud ou froid. Je n’en ai pas vu l’utilité sur le coup. Et j’étais bien envieuse de son eau fraîche comme la rosée du matin en fin de journée, quand ma bouteille d’eau en plastique était restée en plein cagnard, avec à l’intérieur de l’eau chaude au goût de plastique…Il a été sur ce coup là plus malin que moi 😉

-Nous étions partis avec nos pailles Lifestraw qui permettent de boire dans n’importe quel point d’eau. On ne s’en est pas servies mais ça peut être utile à avoir sur soi, ou alors des pastilles de décontamination.

-couteau suisse / briquet / sac poubelles

Randonnée sur le GR34

Hygiène

-Pour nous laver nous emmenons à chaque voyage notre savon préféré, extrêmement utile puisqu’il peut faire office également de shampoing et de lessive: le savon solide DR Bronner’s

-Sinon très pratique et qui ne pèse rien le savon feuille /pansements pour les ampoules/ kleenex

Autres

-Pensez aux lampes torches/ lampes frontales / lampe de camping pour l’intérieur de la tente / sac ziploc pour protéger certaines affaires

Randonnée sur le GR34

La Bretagne ça vous gagne

Nous avons rejoins Jérôme à Morlaix, heureux de se retrouver depuis nos aventures au Laos. La moitié de l’équipe nous manquait, mais on faisait revivre nos souvenirs de Pi Mai autour d’un bon demi de cidre. Nous n’avions pas vraiment déterminé le temps que l’on passerait sur le GR34 à ses cotés. Nous avions une fenêtre de 10 jours et espérions pouvoir aller au bout sans savoir si physiquement nous allions tenir ce rythme intense.

Randonnée sur le GR34

« le sentier reste peu fréquenté et nous avons été seuls au monde à travers champs et sentiers côtiers pendant de nombreux kilomètres »

Notre entrée en matière sur le GR34 aura duré 15kms depuis Morlaix, principalement en forêt. Le souvenir que j’en ai reste la fraîcheur sous les arbres et le calme. Même en plein été le sentier reste peu fréquenté et nous avons été seuls au monde à travers champs et sentiers côtiers pendant de nombreux kilomètres. Nous avons par moment rencontré d’autres marcheurs qui faisaient des tronçons comme nous et quelques uns comme Jérôme, qui le faisait en entier. Pour ceux qui se demandent combien de temps et combien de kms Jérôme aura parcouru à pieds: environ 2100 kms en 80 jours… Impressionnant…

Randonnée sur le GR34

« Ce nomadisme renvoit à quelque chose de profondément ancré chez l’être humain et que notre civilisation et nos modes de vies nous ont fait peu à peu oublier »

Les jours suivants nous marchions entre 22kms et 25kms par jour, principalement à travers champs et sur le littoral. Nous avons fait du camping sauvage sous les étoiles (il reste quelques endroits coupés du monde où il est encore possible d’en faire) et nous repartions le lendemain sans laisser de traces de notre passage. Ce nomadisme renvoit à quelque chose de profondément ancré chez l’être humain et que notre civilisation et nos modes de vies nous ont fait peu à peu oublier. Parcourir des kilomètres à la force de ses jambes sans jamais retourner en arrière, grimper, descendre mais toujours avancer. Constater son endurance grandir chaque jour et se rendre compte à quel point le corps humain et le mental sont extraordinaires, apporte un plaisir et une satisfaction que je n’avais pas imaginé. Nos longues traversées désertiques se prêtaient évidemment à la réflexion et le rythme imposé par la marche à pieds, de prendre son temps, de ne pas pouvoir en gagner, remet certaines priorités à leur place, GR34, parcours initiatique.

GR34 by WilliamK

La côte Bretonne est absolument magnifique mais je ne vous apprends rien. Nous tombions parfois sur de petites criques isolées dont tout le monde semblait ignorer l’existence, des petits villages où le temps s’est arrêté et nous marchions en bord de falaises, les cheveux aux vents. La nature a sur moi un effet que rien ne peut égaler. Un immense respect, une conscience aiguë de sa fragilité, grandi d’année en année à travers nos voyages pour notre sublime planète avec un besoin de plus en plus urgent de la protéger. Nous avons également rencontré des gens extrêmement gentils et notre aventure prêtait aux questions et à la discussion. Impressionnés par le parcours de Jérôme sur le GR34, curieux de ces trois jeunes qui avait choisi de découvrir une partie de la Bretagne en marchant, les habitants se sont révélés extrêmement encourageants. Voilà pour le côté romantique de la marche.

Randonnée sur le GR34

« Des envolées d’énergies où tout semble possible côtoient parfois le désespoir quand la douleur prend le dessus et qu’on ne ressent plus qu’elle »

Nous avons également beaucoup souffert physiquement, on ne va pas vous le cacher. Jusqu’à l’épuisement par moments et nos jambes qui ne pouvaient plus avancer. Le dépassement des douleurs physiques et la gestion du mental est quelque chose de très fluctuant. Des envolées d’énergies où tout semble possible côtoient parfois le désespoir quand la douleur prend le dessus et qu’on ne ressent plus qu’elle. Le fait d’être trois pour cette randonnée nous aura permis de prendre le relais moral à tour de rôle et de s’encourager dans les moments les plus difficiles. Il est de même surprenant de constater que lorsque l’on se sent prêt à abandonner, aller puiser dans ses dernières ressources redonne une énergie insoupçonnée et les kilomètres défilent à nouveau sous nos pieds. Nos trapèzes, nos dos, nos mollets, les crampes, les courbatures, tout nous hurlait parfois de nous arrêter et je me retrouvait à fantasmer de terminer les derniers kilomètres du jour assis confortablement dans un bus ou une voiture. Mais chaque matin, l’envie de se dépasser, de faire « mieux » qu’hier était là.

Randonnée sur le GR34

Nous avons dû quitter Jérôme au bout d’une semaine, je ne pouvais plus marcher. La veille lors de nos derniers kilomètres à travers champs, mes deux genoux m’avaient lâchés et je ne pouvais plus poser les pieds par terre sans ressentir d’immenses douleurs. En larmes mais déterminée à poursuivre, je continuais péniblement à mettre un pied devant l’autre, jusqu’à ne plus pouvoir bouger. Dans le déni le plus total et frustrée de devoir peut être arrêter notre périple sur blessure, je me suis réveillée le matin en me disant que ça irait, que comme les jours précédents, je passerai au delà de la souffrance. Je n’ai pas pu faire plus de 2 m et je me suis effondrée, la douleur étant trop vive. J’ai pris conscience à ce moment de l’importance d’écouter son corps et que l’entêtement flirtait parfois avec l’orgueil et la bêtise. Je n’ai pas pu marcher pendant les 10 jours qui ont suivi, et les mois d’après une rééducation tout en douceur a été nécessaire pour ré apprivoiser mes genoux traumatisés. La pratique régulière du Yoga m’aura permis de retrouver une mobilité des articulations des genoux que je pensait perdue pour toujours.

Randonnée sur le GR34

Un an plus tard nous préparons notre prochain parcours sur un GR de France, sûrement de nouveau sur le GR34. Nous allons tenir compte cette fois des leçons apprises précédemment et on espère se régaler de paysages magnifiques, seuls au monde.

Jérôme aura terminé son parcours quelques semaines plus tard, allant au bout de lui même et de son défi complètement fou. Ou bien est ce nous qui sommes fous, de ne pas tenter une aventure comme celle ci, au moins une fois dans nos vies…

Randonnée sur le GR34

Nous espérons que cet article vous aura donné des envies de randonnées pour découvrir notre sublime pays hors des sentiers battus. On vous dit à très bientôt sur le GR34, ou sur un autre GR de France!